Et aujourd’hui… L’enduro!

La pratique du vtt change rapidement et il faut s’accrocher pour suivre les dernières tendances. Hormis les évolutions techniques qui apportent leur lot de perfectionnements chaque nouvelle saison, l’utilisation même du vtt connaît de nouvelles modes. Les 15 dernières années ont connu deux grands types de vététistes: les amateurs de cross-country (ceux qui pédalent) et les amateurs de descente/freeride (les autres). Les crosseurs étaient plutôt  adeptes du lycra et de la course aux grammes alors que les descendeurs préféraient les baggys, le red bull et les fourches typées motocross. Cependant, chacun des deux groupes avait ses frustrations propres: le crosseur était très satisfait de son entraînement et de ses efforts mais sentait bien que le plus grisant dans son sport, c’était les quelques descentes du parcours, alors que le descendeur lui prenait un pied pas possible dans sa pratique, mais s’apercevait que malgré les heures passées sur le vélo, sa bedaine ne réduisait pas et les douleurs qu’il avait aux jambes étaient dûes aux hématomes et non aux courbatures.

Cross country Nackareservat
Un mec qui fait du cross country
Un mec qui fait de la descente
Un mec qui fait de la descente

Heureusement pour tout le monde, les tendances évoluent, le cross-country perd de ses adeptes et la descente au sens strict du terme n’est plus ce qu’elle était, hormis pour un groupe d’irréductibles.

La vraie mode du moment mesdames et messieurs, c’est l’enduro. Mais alors c’est quoi donc l’enduro vtt dont tout le monde parle? Et bien en résumant simplement, c’est un mélange de cross-country et de descente. C’est en quelque sorte comme le ricard, un volume de montée pour 5 volumes de descente. Avec l’enduro, tout le monde est satisfait, l’ancien crosseur est grisé par des descentes conséquentes mais garde l’aspect physique de la discipline, et l’ancien descendeur perd sa surcharge pondérale, a des courbatures le soir, tout en gardant un maximum de plaisir.

Pour aborder ce virage dans les meilleures conditions, les marques ont dû adapter leurs vélos ainsi que l’exemple que leurs coureurs pro donnaient. Les vélos d’enduro actuels sont bien suspendus mais restent relativement rigides lorsqu’il est temps de pédaler, ils sont assez légers et très solides. En un mot, ils sont polyvalents. Et c’est bien ce que tout le monde cherchait! Parcequ’en fin de compte, on a tous le même problème. Acheter un vtt cher, nos femmes acceptent après quelques fleurs, mais acheter 2 vtt chers pour combler tous nos besoins de monter et de descente, malgré toutes les fleurs du monde, ca ne passe pas.

Chez Fix my Bike, l’enduro, on prend ca très au sérieux. C’est pour cette raison que je vais en personne défendre les couleurs de notre boutique à la Mégavalanche de l’Alpes-d’Huez le 13 juillet 2013. Cette course est reconnue comme LA course d’enduro que tout vététiste qui se respecte doit accomplir au moins une fois dans sa vie. 2600 mètres de dénivelé négatif et 500 mètres de dénivelé positif, la loi Ricard est respectée. Pour se faire je serai équipé de mon Kona Coilair qui est l’arme absolue pour ce type d’épreuve.